L’arpenteuse-1

L’arpenteuse, nous dit le dictionnaire, est celle qui prenait mesure des terres – un bois, un jardin, une cellule (aujourd’hui les voies urbaines selon la règle de trois : 1heure / 1 km de rayon / 1 attestation). Puis, par analogie, arpenter devint « parcourir un espace avec vitesse et à grands pas ». Ainsi, dans le récit d’aventure Claudius Bombarnac (à mi-chemin de son déplacement bref quotidien ?), Jules Verne écrivait en 1892

Je me réchauffe en arpentant le pont à grands pas pendant une demi-heure.

Contraints dans nos déplacements, dans l’agencement de notre temps, nos corps, masqués, distanciés, se meuvent à la manière des chenilles de Phalènes tant ils sont à l’encontre de leurs mouvements adultes habituels.

Arpenteuse d’automne, la chenille [Source]
Arpenteuse d’automne, l’adulte [Source]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s