L’arpenteuse-2

L’arpenteuse a participé à un atelier où il était question de cabanes et de souvenirs sous influence de Henry David Thoreau, philosophe, naturaliste et poète américain du XIXe siècle.

La vraie moisson de ma vie quotidienne est aussi intangible et indescriptible que les teintes du matin ou du soir

Walden, H.D Thoreau, 1854

De retour en son bureau, l’arpenteuse a exposé ses collectes, a repris ses stylos et son ordi. Elle a conçu « Le mûrier dans la cabane » qu’elle présente ici, en compagnie de ses camarades Arpenteurs que l’on peut suivre là.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s