Un visage émerge

J’savais bien que j’étais partie trop tôt. Toujours comme ça, j’ai peur de pas y arriver, j’prends les devants et paf ! Maintenant j’suis bonne pour attendre sur le quai.

J’suis pas la seule, dis donc, à croire que tout le monde avait peur de rater le train ce matin.

Je vais m’asseoir à l’écart si je peux.

Derrière le panneau publicitaire.

Voilà.

Ça se remplit.

Tous tournés vers les rails. Des petits pingouins.

C’est incroyable comme les gens aiment le noir.

Ils sont vraiment tous en noir.

J’ai bien fait d’attraper mon imper rouge en partant.

Dire que c’est pluies annoncées tout le week-end. Fais chier !

J’fais tâche, en rouge, à regarder tous ces dos.

Zut, j’ai oublié mon thermos sur la table de la cuisine.

C’est quoi ce bruit ?

Ses yeux fatigués, la peur, mutique dans son masque.

C’est fou ce que je lis dans les yeux maintenant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s