Un visage émerge de la foule

J’ai froid. J’ai mal à la tête. Je n’aurai pas du sortir ce matin alors que j’ai si peu dormi. Mais pas le choix. Toujours courir. Toujours pressée. Fatiguée… si fatiguée…

Quelle heure est-il ? Mon téléphone, où est mon téléphone ? Zut, 8h déjà ! Faut que je me dépêche, je suis encore en retard ! A chaque fois c’est pareil, je trouve toujours un truc à faire au dernier moment. Juste quand je devrais partir. C’est plus fort que moi.

Faudra que j’en parle à ma psy ce soir.

Je suis où là ? Ah, oui rue Rambuteau. Encore deux rues et j’y suis.

Mais qu’est-ce qu’il y a comme monde ce matin dans les rues ! C’est dingue ça ! Ça doit être l’effet post confinement, tout le monde veut sortir. Avant qu’on nous renferme à nouveau. Moi j’aimais bien être enfermée. Plus besoin de courir ni…Aie ! Encore un qui me bouscule ! Ça fait trois fois. Je fatigue, là !!

Il m’a fait mal cet imbécile. Il ne peut pas regarder où il va, non ?!

En plus il est sans masque ! Il n’a pas encore compris que c’est obligatoire ? Ça m’énerve, mais qu’est-ce que ça m’énerve ceux qui se croient au dessus des lois !

Et toi, là, t’as fini de me regarder comme ça ? Qu’est-ce que j’ai ? Ya un problème ? J’ai un truc spécial ? En tout cas, t’as d’beaux yeux, tu sais !!

Mort de rire, « t’as d’beaux yeux » comme la réplique dans le film… quel film déjà ?? Ah, oui, « Quai des brumes », Jean Gabin… Michèle Morgan… comme c’est vieux… je vais voir si je peux le trouver en streaming… Ça fait bien longtemps que je ne l’ai pas regardé…

Tiens, il me sourit. Que dois-je faire ? Lui sourire aussi ? J’ose ? J’ose pas ? Oui, allez, je me lance ! Je dois avoir l’air idiote comme ça… Il doit me prendre pour une folle…

Et merde, bingo, j’ai marché dans une crotte de chien. Ça m’apprendra à ne pas regarder où je marche. Je vais frotter ma semelle, sur le bord du trottoir. Beurk, ça me dégoûte ! Qu’est-ce que cette ville est sale ! C’est de pire en pire. Les gens sont de vrais porcs. Qu’est-ce que ça m énerve !!!

Bon alors, et mon Apollon au beau sourire, où est il passé ?… Je ne le vois plus… Et voilà, du coup je l’ai perdu. Je ne risque pas de le retrouver dans cette foule. Mais que de monde, que de monde ! Ça m’épuise tout ce monde ! Oh et puis, zut, je m’en fous, il était beau mais c’est toujours des emmerdes les beaux mecs. J’en sais quelque chose, ça me connaît, je ne connais même que ça…

Et puis j’ai mon rendez-vous. Pas le temps… huit heure vingt déjà… c’est foutu, je n’arriverai jamais à temps. Voyons voir ce que dit Maps… 8 rue Oberkampf… quoi ? C’est encore à vingt minutes de marche ?!!! Je n’y serai jamais à temps. Qu’est-ce que je fais, je tente quand même ou pas ?…

Oh et puis, zut, demi-tour, je vais les appeler et dire que j’ai un contretemps, peut-être qu’ils comprendront et me proposeront un autre rendez-vous. Ou pas… De toute façon, avec la gueule de bois que je tiens, cet entretien j’l’aurais foiré. Allez, vite, retrouver mon lit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s