Te voilà toi aussi confinée

Nîmes, avril 2020, MR

Ma chère amie d’à côté,

Te voilà toi aussi confinée à deux rues de là. Si proche et pourtant si loin.

Personne ne pouvait imaginer cela il y a seulement deux mois. Deux mois. Un siècle. Une éternité.

Mais ça me va, je sais que le soleil se lèvera demain.

Rue Prosper Mérimée, derrière l’école du même nom que tu connais, bien, calée dans un fauteuil, je regarde par la fenêtre les oiseaux qui jouent avec les feuilles ou perchés sur les branches du marronnier.

La vie va comme on dit. Je suis là, je ne m’en fais pas trop.

Hier, pour ma sortie hebdomadaire autorisée, je suis passée près de chez toi. Accrochées aux lampadaires, le long de la route, des grappes de géranium, rouge, orange, rose. Un vrai feu d’artifice ! Les as-tu vues toi aussi ? Je sais que tu aimes te promener toi aussi au hasard dans les rues de Nîmes.

Un souvenir m’est alors revenu… l’année dernière, boulevard Alphonse Daudet. La terreur t’a soudain rendue inapte au mouvement lorsqu’une nuée de sauterelles s’est abattue sur les micocouliers. Pétrifiée, bloquée, envahie que tu étais par ces stridulations si massives. Puis tu m’as regardée et on s’est mises à rire. Rire à ne plus pouvoir s’arrêter. C’est ce rire-là qui me manque et que j’attends avec impatience de retrouver dès que toute cette folie s’arrêtera.

Ce virus s’est abattu sur nous comme une nuée de sauterelles mais sans faire de bruit. Ça bruisse et ça vacarme en moi mais je n’en n’ai plus aucune perception.

J’attends le 11 mai avec impatience, fin du confinement. Je te donne rendez-vous à ce moment là. Nous irons juste nous emplir, plein poumons, savourer l’éternité de ce paisible instant présent, de tous nos yeux, piller toutes ces couleurs, déambulerons dans un deuxième cadre, au milieu d’une foule tranquille et colorée en goguette, irons boire un verre en terrasse dans la fraîcheur du printemps, le nez en l’air, le sourire aux lèvres, les yeux plongés dans les couleurs. Inspiration, fondu au bleu.

Ferme les yeux. Respire…

Mais je m’égare…revenons au carré, il faut attendre et en attendant ce jour, prends bien soin de toi,

Ton amie, M.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s