Légendes, quand les humains se métamorphosent

Eine Kleine Nachtmusik, Dorothea Tanning,1943

Philémon, tout à la joie de ce repas, totalement nu, invite Jupiter et Mercure à faire bouillir un petit morceau de porc.

Les Dieux ont le pouvoir de se métamorphoser.

La petite fille, tremblante, hors de portée de leurs regards, se métamorphose en femme.

Jour de fête, si simple, instant suspendu au crépuscule. Sorcellerie ou volonté divine ?

Ce corps d’enfant, loin des mensonges menaçants, des ruses dures et glissantes, des faux pièges et des impatiences, s’exhibe, sa peau délicate nourrie de soleil.

Sensation de chaleur.

Transformation physique.

Larve devenue adulte, le souffle court et le sourire aux lèvres, allongée dans l’herbe, elle ferme les yeux.

Ne pas penser, juste ressentir.

Demain ne sera plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s